Excite

Voyager au Brésil durant le Mondial sera compliqué

Voyager en plein Mondial 2014 au Brésil risque vite de tourner au calvaire, surtout pour les gringos du monde entier non-initiés aux joies subtiles du transport aérien local.

Il n'y a en effet pas vraiment d'alternative raisonnable à l'avion pour traverser ce pays-continent de 200 millions d'habitants aux aéroports souvent vétustes, saturés, et manquant de liaisons intérieures. Au sol, les routes sont encombrées, souvent en mauvais état. Les trains n'existent pas. Les grandes villes sont vite ultra-embouteillées, conséquence du manque de métros et de la mise en circulation de 10 000 nouvelles voitures par jour dans le pays.

Le Brésil espère recevoir environ 600 000 fans étrangers pendant le Mondial (12 juin-13 juillet 2014), qui s'agglutineront aux trois millions de Brésiliens circulant à travers le pays. Et surtout gare aux spécialités locales. Le supporter français ou japonais ne doit surtout pas imaginer, par exemple, qu'il pourra acheter sur place un vol intérieur par internet avec sa carte de crédit. Car au moment de cocher la dernière case, le logiciel de la compagnie brésilienne réclame avec obstination un numéro d'identification fiscale, le CPF, dont seuls les résidents sont pourvus. Pas de CPF, pas de billet électronique. Il faut courir au guichet de la compagnie à l'aéroport. Avec le risque d'y découvrir que les vols sont complets, ou qu'ils coûtent le prix d'un aller-retour pour Paris ou Miami.

Le gouvernement tente de négocier avec les compagnies aériennes domestiques une forte augmentation de leurs rotations quotidiennes pendant le Mondial et la mise en place de nouvelles liaisons à des prix accessibles. Après le tirage au sort des groupes du Mondial effectué vendredi, l'offre des vols a été revue avec des prix plus bas, mais cela suffira-t-il pour faciliter la vie des touristes fans de foot, on peut en douter.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018