Excite

Un tour des villes fantômes aux Etats-Unis : remonter le temps est possible

Un tour des villes fantômes aux Etats-Unis est un thème de voyage passionnant qui fait réfléchir. On y assiste aux effets de l'arrêt du temps à une époque donnée. Tout y est resté en place comme au moment où ses habitants ont quitté les lieux, une vie acceptable n'y étant plus possible.

Pourquoi les villes meurent ?

Les États-Unis ont été le théâtre de grandes agitations économiques autour de la récession agricole et industrielle de 1819 ; de la ruée vers l'or des années 1850 ; des différents krash boursiers, notamment la Grande Dépression de 1929. Dans ces circonstances, des entreprises ferment, qui avaient attiré de nombreux audacieux et fait pousser les villes comme des champignons. Que ce soit des mines, des exploitations agricoles ou des usines, elles faisaient vivre l'entière population qui se retrouve sans ressources et va refaire sa vie ailleurs. Un tour des villes fantômes aux Etats-Unis peut se consacrer aux villes de décors de western ou à un échantillonage de différentes époques, certaines n'étant plus que ruines et d'autres mieux conservées, voire théâtre d'animations folkloriques.

Une forte concentration dans l'Ouest

On compte ainsi de nombreuses villes fantômes sur l'ensemble du territoire, avec une forte concentration dans les états de l'ouest, notamment Colorado, Arizona, Nevada, Montana Californie. Mais des villes ont été abandonnées dans tous les états, à toutes les époques et pour des raisons diverses :

  • Jamestown, en Virginie, figée à l'époque de la colonisation anglaise (XVIIIe siècle) à cause de l'insalubrité de ses marécages ;
  • Dogtown, dans le Massachusetts, sur la route entre Sandy Bay et Gloucester qui n'a plus été empruntée après la guerre de 1812 et la construction de routes côtières ;
  • Auraria, en Géorgie, abandonnée dans les années 1840 avec le tarissement de ses filons aurifères ;
  • Indianola, au Texas, vidée d'une grande partie de ses habitants par la fièvre jaune en 1875 puis du reste par un ouragan en 1886 ;
  • Bumble Bee, en Arizona, disparue avec son relais de diligence à la fin du XIXe siècle ;
  • Rhyolite, dans le Névada, fondée en 1904, elle connaît son apogée en 1908 et a perdu les 9 dixièmes de ses habitants deux ans plus tard. Le dernier meurt en 1924 ;
  • Cisco et Thistle, dans l'Utah, mortes avec la locomotive à vapeur dans les années 1950 ;
  • Love-Canal, dans l'état de New-York, évacuée en 1978 à la suite de découverte de déchets toxiques dans la nappe phréatique ;
  • Manchester, dans le Dakota du sud, détruite par une tornade le 24 juin 2003.

Bodie, une ville fantôme incontournable

Bodie, en Californie doit absolument faire partie d'un tour des villes fantômes aux Etats-Unis. C'est une authentique ville de l'époque de la ruée vers l'or. Elle a compté jusqu'à 10 000 habitants, 2 banques, 65 saloons, une fanfare, plusieurs journaux, des commerces variés... Tout ce qu'engendre l'activité d'une communauté de cette importance et que l'on découvre dans l'état où l'on laissé ses habitants le jour de leur départ. L'histoire dit que les mineurs de cette ville ont extrait de l'or pour une valeur estimée à 34 millions de dollars.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018