Excite

Portugal : les plages de l'Algarve en danger

  • Getty Images

La frénésie de construire qui depuis quarante ans s’est abattue sur cette région portugaisefort touristique, bétonnant le littoral, dénaturant les paysages et défigurant villes, villages et hameaux, s’en prend aujourd’hui aux plages de la côte déchiquetée du Barlavento de l’Algarve.

Ce morceau de littoral précieux, paradis pour touristes pour son malheur, est une référence incontournable des ouvrages recensant sur la planète les sites aux formations géologiques les plus spectaculaires et les plus rares.

Il est pourtant la cible d’un vandalisme inédit : rognage, démantèlement, bétonisation et enfouissement des plages bordées de falaises, des affleurements rocheux, des éperons, sous prétexte que le terrassement serait le remède miracle pour cette côte naturellement et intrinsèquement instable.

Exemple extrême avec le prochain chantier sur le point de commencer : le remblaiement, à coups de tonnes de gravier de la plage de Dona Ana, élue dernièrement «plus belle plage du monde» par le magazine Condé Nast Traveller, et «plus belle plage du Portugal» par TripAdvisor. Il s’agit là d’augmenter de 40 à 50 mètres la longueur de la plage, ce qui implique aussi de la rehausser de plusieurs mètres, et donc de recouvrir une quantité colossale de rochers et d’affleurements. Autant dire que Dona Ana est appelée à devenir un remblai difforme sans plus aucune ressemblance avec la plage d’origine.

Situation ubuesque où les intérêts économiques et touristiques ont à peine fini de chanter sur tous les toits le sacre de la belle plage de Dona Ana qu’ils s’empressent de condamner à mort cette même plage et sa beauté, trop avides de pouvoir installer sur le sable quelques centaines de baigneurs supplémentaires en faisant fi des limites naturelles de cette grève qui, comme toutes celles du Barlavento, a toujours été une petite plage.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017