Excite

Pamplona et la fête de San Fermín qui marque le début du mois de Juillet

Rendues mondialement célèbres par le roman "le Soleil se lève aussi" d'Ernest Hemingway, Pamplona et la fête de San Fermín sont passées de simples fête locales à une attraction touristique internationale où l'on peut assister à des débordements similaires à ceux d'un carnaval. Orson Welles, Ava Gardner, Arthur Miller, Inge Morat et Derek Walcott ont aussi été passionnés par cet événement.

Le déroulement des festivités

Le 6 juillet, à midi précise, un pétard (le chupinazo) lancé de la mairie annonce le début des festivités à une foule compacte, tout de blanc vêtue et ceinturée de rouge, massée plaza de los Burgos. Du balcon de l'hôtel de ville, le maire annoce "Pamploneses, Pamplonesas, Viva San Fermín, Irunshemes, Gora San Fermín" et la foule, à laquelle se mêlent les bandas (orchestres) accompagnant chaque peña (bande), se disperse dans les bodegas (bistrots) pour faire la fête jusque tard dans la nuit, aux acents de chants traditionnels navarrais ou basques, notamment Riau-Riau : "Por la tarde el 6 de julio, "Pamplona gozando va "Pasando calles y plazas, "Las Visperas a cantar "Al glorioso San Fermin "Patron de esta ciudad "Que los Pamplonicas aman Con carino sin igual." qui, à 8 heures du soir, accompagne la procession conduisant la statue du saint jusqu'à l'église San Lorenzo où ont lieu les vêpres.

Les 8 matins suivants, et ce jusqu'au 14 juillet, la ville est lavée pour préparer l'encierro (lâcher de taureau) le plus célèbre du monde. À partir de 6 heures du matin, la fanfare municipale arpente les rues de la ville en jouant des dianas (réveil). Les mozos (garçons) qui se sont entraînés l'année durant se rassemblent, tout équipés et le journal roulé à la main, devant la cuesta de Santo Domingo pour attendre les 6 taureaux de la corrida du jour qui seront lâchés de leur enclos à 8 h précises pour rejoindre les arènes à 800 m de là. Le but est de montrer leur courage et leur endurance en courant devant le troupeau sauvage pendant les 3 à 10 minutes que dure le trajet. C'est là que chaque année des accidents arrivent, provoqués majoritairement par des non-initiés inconscients du danger contrevenant à toutes les règles de sécurité édictées spécialement pour Pamplona et la fête de San Fermín par la municipalité. À 10 heures, défilent les gigantes (grosses têtes) et à 18 h 30 a lieu, au profit des personnes âgées de la commune, la corrida du jour, dans un désordre incroyable qui n'existe pas dans les autres plazas de toros.

La cérémonie de clôture

On quitte Pamplona et la fête de San Fermín au moment du Pobre de mí (pauvre de moi) à minuit le 14 juillet. Les mozos pampelunais rassemblés devant la mairie, un cierge à la main, entonnent : "Pobre de mí, pobre de mí, ya se han acabado las Fiestas de San Fermín". Ils ôtent le mouchoir rouge qu'ils ont noué autour de leur cou à ce même endroit le 6 à midi, puis les peñas défilent avant de regagner leur local.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018