Excite

Ouigo : les détails de l'offre low cost de la SNCF

  • Getty Images

Avis aux voyageurs : la SNCF a dévoilé ce mardi son offre de TGV low cost. Elle devrait s'appeler Ouigo, elle partira dès le mois d'avril et pourrait bien séduire jeunes et familles. Les compagnies aériennes n'ont qu'à bien se tenir, le train revient en force en version slim. Résultat du serrage de ceinture : un Marne-la-Vallée-Lyon-Montpellier ou Marseille à moins de 25 euros !

Inutile de réinventer la roue. La compagnie ferroviaire a réutilisé les recettes qui ont fait depuis plus de 15 ans leurs preuves dans le monde du transport aérien. Pour "aider les français à voyager moins cher" selon la formule de son président Guillaume Pepy, la compagnie publique a commencé par éliminer le superflu. Vente des billets exclusivement sur Internet, classe unique, plus de voyageurs par rame, pas de voiture bar, une cure amincissante qui n'effraie désormais plus personne.

Plus problématique, et qui n'est pas du goût des associations des voyageurs qui y voit un coût supplémentaire non négligeable sur le prix final du billet, ces TGV couleur bleu ciel, ne desserviront pas les gares intra-muros. Ils ne s'arrêteront que dans des gares secondaires ou périphériques. Pourtant c'est justement cette contrainte qui a permis selon Barbara Dalibard, directrice de SNCF Voyages "de réaliser une économie de 30% sur l'utilisation de la voie car chaque TGV sera immédiatement sur la ligne à grande vitesse et cela lui fera gagner du temps".

En revanche la SNCF assure ne pas avoir abaissé le niveau de confort de ses fauteuils et ne pas avoir non plus rabioté sur le personnel. En effet, au prix de nombreuses négociations, les organisations syndicales ont réussi à faire respecter la réglementation interne à la SNCF. "Au final chaque cheminot fera son métier et seulement son métier" déclare t-on à la CFDT après que la SNCF ait envisagé de rendre le personnel polyvalent (lire : un contrôleur devait s'occuper aussi des tâches ménagères).

Huit à neufs trajets par jour sont programmés entre Marne-la-Vallée-Lyon ST Exupéry-Montpellier ou Marseille , reliant la région parisienne au sud-est de la France. Et au final, la compagnie ferroviaire a promis un million de place chaque année à moins de 25 euros même si le prix des billets vendus exclusivement sur Internet seront variables, probablement en fonction des périodes de l'année.

Ces TGV Eco viennent s'ajouter à iDTGV, la filiale Internet de la SNCF, qui avait déjà réussi à abaisser drastiquement les coûts des billets sur les trains à grande vitesse. Le service public qui ouvrira ses portes en 2019 à la concurrence a compris qu'il avait tout intérêt à respirer l'air du temps.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014