Excite

Masdar, ville idéale du futur ou joujou de pétromilliardaire ?

Au milieu du désert, à quelques kilomètres de l’aéroport international de l’Émirat d’Abou Dhabi s’érigera bientôt une ville nouvelle, intelligente et entièrement écologique appelée Masdar. Elle sera la première ville du monde à être conçue pour une vie zéro carbone et zéro déchet. Un projet pharaonique dont le coût est estimé à 13 milliards d’euros.

Une ville laboratoire au milieu du désert

Annoncé par le cheikh Mohammed ben Zayes Al Nahyane en avril 2006, le projet Masdar devrait être réalisé en une dizaine d’années. Le chantier a commencé le mois de février 2008 et serait prêt en 2020. Cette ville nouvelle, entièrement écologique a été dessinée par Foster and Partners, un cabinet anglais de design et d’architecture. Elle sera la première ville au monde à être fondée sur le concept de zéro empreinte carbone et zéro déchet. A Masdar en effet, tout est étudié pour consommer le moins d’énergie. La future écoville est très compacte avec une partie des infrastructures en souterrain pour raccourcir les distances. Selon leur orientation, les façades sont soit sans fenêtres pour garder la fraîcheur à l’intérieur, soit vitrées pour faire passer la lumière naturelle. Les eaux usées seront recyclées pour l’agriculture. Évidemment, les voitures en sont bannies. Les visiteurs doivent laisser leur véhicule dans un parking géant situé au nord de la ville.

Comme un mirage…

Vue de loin, la ville de Masdar ressemble à un immense bâtiment qui se profile à l’horizon. Cette illusion vient en partie de sa situation assez singulière. En effet, la ville est implantée près de l’aéroport international d’Abu Dhabi, de l’autre côté de l’autorité du golfe Persique, au milieu d’un désert fort inhospitalier. Elle est éloignée du centre-ville d’Abu Dhabi d’une trentaine de kilomètres de plaine accueillant çà et là des constructions ostentatoires et surdimensionnées avec d’immenses boulevards à six voies, vides de toute circulation.

Moyens de déplacement écologiques

La marche et le vélo sont très encouragés à Masdar. Mais il y a aussi le transport public qui est assuré pour l’instant par le PRT (personnal rapid transit). Ce service utilise de petits véhicules sans conducteurs qui se déplacent sans bruit en suivant des aimants enfouis sous terre. Ces petits vaisseaux se servent des capteurs de proximité afin d’éviter les collisions. À l’avenir, des bus électriques viendront peut-être s’ajouter aux moyens de transport disponibles. Pour l’heure, rien n’est encore décidé.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018