Excite

L’UNESCO met en garde les autorités vénitiennes

  • Getty Images

Si d’ici 2016, le gouvernement n’a pas pris les mesures propres à protéger Venise et sa lagune des dangers de la navigation touristique de masse, alors, l’UNESCO retirera Venise de sa liste des sites protégés au titre du patrimoine de l’humanité.

En référence aux grands projets portés par le président du port de Venise, Paolo Costa, le message est on ne peut plus clair : développement durable, tourisme, pollution, développement des vagues, hausse du niveau des eauxdoivent être appréhendé de façon systémique et globale. L’UNESCO précise : «il faut changer de méthode, comparer les positions scientifiques et ne pas se contenter d’études confiées à des amis, sans vraiment se pencher sur les conséquences des travaux envisagés».

Par exemple, personne n’a vraiment étudié ce qui se passe au passage d’un grand paquebot dans un canal de la lagune. Les vagues, en apparence sont petites, mais l’impact sur le fond est terrible, soulevant les sédiments et transformant la circulation hydraulique sur l’ensemble de la lagune. Katia Basili, représentante du programme de l’UNESCO pour Venise a assuré que la politique, plus respectueuse de l’environnement du gouvernement sera évaluée sans complaisance. En février 2015, un audit sera mené.

Giovanni Puglisi, président de la commission nationale italienne pour l’UNESCO, a enfoncé le clou encore plus, affirmant que l’organisation internationale a délivré un carton rouge comme prémisse à l’annulation de la liste des villes inscrites au patrimoine mondial. Si l’Italie reste sourde aux menaces de l’UNESCO, il est clair que cela induira des conséquences touristiques et économiques importantes.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018