Excite

Les 3 volcans les plus dangereux au monde encore en activité

Sur notre Terre, 500 volcans sont en activité et peuvent entrer en éruption à l'improviste. Les 500 millions de personnes qui vivent dans leurs environs sont donc en danger permanent. Les volcans les plus dangereux au monde encore en activité sont le Mont Rainier aux États-Unis, le Nevado del Ruiz en Colombie et le Nyiragongo au Congo.

États-Unis, Colombie, Congo

Le Mont Rainier, 4 391 m, fait partie de la chaîne des Cascades qui se trouve dans l'État de Washington. C'est le plus dangereux volcan des États-Unis car une éventuelle éruption serait 30 fois supérieure à celle du Mont Saint Helen le 18 mai 1980 qui déplaça 3 milliards de mètre cubes de roches, rasa 380 km² de forêt, tua des milliers d'animaux et 57 personnes. Des dégâts estimés à l'époque à plus d'un milliard de dollars. Depuis les sismologues sont en alerte, car la tradition raconte que les éruptions des deux volcans se sont toujours succédé. L'agglomération de Seattle, qui se trouve à une centaine de kilomètres, ses quelques 3 millions d'habitants et les industries qui les emploient sont en danger permanent.

Le Nevado del Ruiz, 5 400 m, fait partie de la cordillère centrale de Colombie, zone à forte activité géothermique. Son éruption du 15 novembre 1985 a fait 25 000 victimes et rasé la ville d'Armero. Les autorités ont été plus prudentes et fait évacuer les populations au moment de l'eruption du 2 juillet 2012. Il met en danger toute une population qui vit du tourisme, du sport de montagne et du thermalisme.

Les 3 volcans les plus dangereux au monde encore en activité comptent aussi le Nyiragongo, 3 465 m, en République démocratique du Congo. Son sommet est un vaste lac de lave en fusion permanente d'où s'échappent des coulées qui peuvent atteindre une vitesse de 180 km/h. Il a fait 600 victimes en 1977. En 2002 une coulée de 60 m de large atteint Goma (environ 500 000 habitants) après avoir détruit les villages se trouvant sur sa route et fait 147 victimes.

La prévention

La volcanologie n'est capable que d'interpréter les prémices d'une éruption, pas de les empêcher. La seule prévention est donc l'installation d'observatoires sur les volcans les plus dangereux au monde encore en activité. Là grâce aux mesures enregistrés comparées à l'histoire des cycles du volcan en particulier, les scientifiques peuvent donner des alertes. Il n'y a aucune raison pour encourager les populations à déménager car il peut se passer des centaines d'années entre chaque éruption et celles-ci fertilisent le sol.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017