Excite

Le tourisme littéraire en vogue à Venise

Toni Sepeda est une septuagénaire vénitienne qui enseigne toujours à plein temps l'histoire de l'art à l'université américaine de la Cité des Doges. Durant les vacances, elle coiffe sa casquette de guide littéraire et mène tambour battant les visites guidées de la Venise du commissaire Brunetti, personnage créé par son amie Donna Leon. Les enquêtes du commissaire vénitien représentent déjà un corpus de 23 romans traduits dans 20 langues et sont un succès de librairies phénoménal depuis leur apparition en 1992.

Toni Sepeda reçoit des centaines de demandes par semaine pour des visites privées. A 150 euros les deux heures de visite, il faut vraiment être entiché du commissaire. « Quand nous arrivons à la fin de la visite, à l'immeuble où habite Brunetti, dans le quartier du Rialto, certains pleurent, tandis que d'autres cherchent son nom sur l'Interphone », s'étonne-t-elle.

A l'instar de Maigret ou de Sherlock Holmes, Brunetti fascine et attire une armée de lecteurs qui ont besoin de faire vivre ce personnage de fiction. Pour Boyd Tonkin, critique littéraire du quotidien britannique The Independent, « le genre s'y prête particulièrement. Dans le polar, la topographie devient un art en soi. Les enquêtes doivent s'inscrire dans les lieux les plus réels possible où chaque détail a son importance : les itinéraires, les scènes de crime, l'architecture ».

Le succès des aventures du commissaire vient également de l'actualité dans laquelle elles s'inscrivent. Donna Leon montre aux visiteurs une Venise éloignée des touristes, une Venise réelle, enjeu de luttes de pouvoir administratif, financier et politique. Elle y décrit la corruption passive et active sous l'ère Berlusconi et jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Monti. Elle se nourrit de cette vie du Veneto dont les touristes ignorent tout.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018