Excite

Le dernier pan du mur du ghetto de Varsovie

  • Getty Images

Autant être prévenu, trouver ce lieu de mémoire mérite des efforts. Mais la charge émotive qu’il procure en vaut vraiment la peine. Le mur est situé dans le quartier juif au sud de Varsovie. Il faut se rendre dans une cour entre le 55 de la rue Sienna et le 60 de la rue Zlota sachant qu’aucune signalisation n’est disponible.

Rarement ou très mal indiqué sur les guides de voyage, le dernier morceau du ghetto de Varsovie se démarque parmi les nombreux mémoriaux qui habitent aujourd’hui la capitale polonaise. Sans doute parce que justement, il est très peu fréquenté des touristes, mais aussi parce qu’il a l’avantage d’être d’époque. De s’imposer, donc, comme un témoin direct de l’existence du ghetto de Varsovie.

Le ghetto juif était une ville dans la ville où vécurent, pendant près de trois ans, jusqu’à près de 400 000 juifs entassés et vivant dans des conditions de déshumanisation effroyables. Pour mémoire, édifié le 12 octobre 1940, le jour de la fête juive du Yom Kippour, le ghetto de Varsovie fut le plus grand jamais construit par les nazis. Ces derniers l’ont quasiment rasé en mai 1943 après avoir déporté les survivants de la célèbre insurrection de ses habitants en avril 1943.

La difficulté à trouver ces quelques mètres de briques rouges provoque un émoi considérable. C’est un rendez-vous avec les heures les plus sombres de l’histoire de l’humanité qui est proposé aux visiteurs. Cette partie du mur a pu être conservée grâce à un habitant qui possédait le jardin situé à son pied. À la fin des années soixante-dix, il a dû lutter pendant des mois avec une administration polonaise sous joug soviétique, bien décidée à détruire toute trace du nazisme dans le pays.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018