Excite

La Polynésie reste trop chère comme destination

  • Getty Images

Trop loin, trop chère, trop excentrée, malgré son image paradisiaque, la Polynésie peine à accueillir les touristes. En 1995, la collectivité en avait attiré 172 100. Après un pic à 233 300 en 2000, dû notamment à une augmentation des capacités aériennes depuis l’Europe, ils n’étaient plus que 164 400 en 2013.

Les coûts du trajet puis du séjour sont les principaux freins à l’essor du tourisme local. «Pour aller à Tahiti, il faut du temps et de l’argent», explique un opérateur français spécialisé dans la région. «Or la Polynésie, c’est cher. La zone souffre d’être en euros, alors que les autres îles du Pacifique sont en dollar. En Polynésie, on paie facilement 30 euros pour une pizza et une bière, ou 3 euros pour un yaourt». Désavantage supplémentaire, «la Polynésie reste essentiellement une destination de couples», peu de familles tentent l’aventure d’un voyage aussi long (il faut 24 heures pour s’y rendre depuis la France) et coûteux.

«Sur la zone, la concurrence directe de Tahiti c’est Hawaï, où tout est beaucoup moins cher» et où les touristes se rendent en plus grand nombre: près de 8 millions s’y arrêtent tous les ans. «La Polynésie est aussi en concurrence avec les Seychelles et les Maldives, qui sont plus près de l’Europe et moins chères», continue le spécialiste. «On a vu une très forte progression de la clientèle aux Maldives depuis dix ans». Plages de rêve, bungalows sur pilotis, tout y est, «et c’est deux fois moins cher que la Polynésie». Pareil pour les Seychelles qui profitent en plus «depuis la France de toutes les rotations aériennes via Dubaï».

Cette baisse de fréquentation est lourde de conséquences pour l’archipel, qui a perdu sept hôtels entre 2009 et 2013, faute de demande, alors que le tourisme reste le premier secteur économique de la Polynésie. 16% de l’emploi salarié y est consacré, avec 2 700 entreprises et 9 800 employés.

Parallèlement, la Polynésie est de moins en moins desservie par les lignes aériennes. Aujourd’hui, seules Air France et la compagnie locale Air Tahiti Nui proposent des vols, ne partant que de Los Angeles ou de Paris. La solution pourrait être de s’ouvrir à de nouveaux marchés, comme la Chine, avec des vols directs. Des négociations sont en cours avec la compagnie Hainan Airlines.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017