Excite

La France fait les yeux doux aux touristes australiens

  • Getty Images

Une journée d'avion et 17 000 kilomètres entre Sydney et Paris, or il en faudrait plus pour empêcher les Australiens de visiter la France. En 2013, ils ont été 1,2 million à visiter l'Hexagone, ce qui les place après les Chinois, mais avant les Japonais, alors que le pays compte seulement 23 millions d'habitants. Les touristes australiens sont d'autant plus appréciés qu'ils font de longs séjours dans l'Hexagone, 14 jours en moyenne, et qu'ils ne sont pas avares, avec en moyenne 190 euros par jour dépensés.

L'agence de développement touristique Atout France veille à ce que cette tendance se poursuive. C'est pourquoi elle a fait venir à Sydney et Melbourne, début septembre, une soixantaine de professionnels du tourisme français, pour promouvoir leur ville, région, circuit touristique. Le Moulin Rouge et le Lido ont fait le déplacement, tout comme les Galeries Lafayette et le musée de la Grande Guerre de Meaux pour rencontrer les grands tours opérateurs, plusieurs centaines d'agences de voyage, des dizaines de journalistes australiens.

Le directeur d’Atout France, Patrick Benhamou, sait toutefois qu'il faut plus que des paroles et des brochures touristiques pour promouvoir la France au bout du monde. C'est pourquoi il a fait venir Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France. «Dites à des Australiens que vous êtes Français, ils vous parleront du Tour. Pas parce qu'ils sont fans de vélo, mais pour les paysages. C'est une formidable vitrine». L'événement sportif est retransmis tous les mois de juillet et c'est «un succès d'audience» en Australie.

Richard Gambier, de l'agence Somme tourisme, est, lui, venu proposer des circuits dans ce département où se sont battus les Australiens pendant la Première guerre mondiale. Ils sont plus de 50 000 chaque année à s'y rendre pour se recueillir et «imaginer où leur arrière grand-père s'est battu». A Villers-Bretonneux, un mémorial leur est dédié, avec 11 000 noms d'Australiens disparus, morts en France. «C'est très important dans l'histoire de l'Australie. La majorité des tours opérateurs veulent mettre les champs de bataille dans leur programme», souligne M. Gambier, qui attend encore plus de touristes en 2015 pour le centenaire du début de l'intervention australienne.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018