Excite

Guy Debord à la Bibliothèque Nationale de France

Guy Debord (1931-1994) est un écrivain, essayiste, cinéaste et révolutionnaire français, qui a conceptualisé ce qu'il a appelé le «spectacle » dans son œuvre majeure "La Société du spectacle" (1967). Il a été l'un des fondateurs de l'Internationale lettriste (1952-1957) puis de l'Internationale situationniste (1957-1972), dont il a dirigé la revue française. Les archives de Guy Debord à la Bibliothèque nationale de France suite à un accord d'achat signé avec sa deuxième épouse, Alice Becker-Ho en mars 2010 et un colloque et une exposition au printemps 2013.

Pour Guy Debord, la fin de la seconde guerre mondiale sonne l'échec du "dernier grand assaut du mouvement révolutionnaire prolétarien". Il rencontre Isidore Isou et les lettristes dans ce climat d'après guerre où les communistes français s'éloignent de Staline et de ses desseins. Marqué par le film d'Isou "Traité de bave et d'éternité", Debord se tournera vers le cinéma. En 1952, ils fonderont l'Internationale lettriste. Mais la visite à Paris de Charlie Chaplin marquera sa scission avec ce mouvement suite au désaveu d'Isidore Isou après les propos dirigés contre Chaplin et son intégration dans le star système. Debord à l'inverse revendiquera les dires de cette lettre. "Nous croyons que l’exercice le plus urgent de la liberté est la destruction des idoles, surtout quand elles se recommandent de la liberté". Guy Debord fondera suite à cet évènement l'Internationale situationniste en 1957. Il critiquera radicalement tant la forme que le contenu du système marchand qui aliène les individus dans leur vie quotidienne et pense qu'il faut réaliser la philosophie. Les situationnistes défendent l'idée de dépasser et de réaliser l'art. Suite à ces réflexions, il publiera "la Société du Spectacle" en 1967. Le mouvement populaire est amené dans l’impasse suite à la Seconde Guerre mondiale, et tous les événements fondateurs sont ce que Guy Debord appelait la Société du spectacle, à savoir la généralisation de la technologie, l'espionnage généralisé, les camps, Hiroshima/Nagasaki, la collaboration de classe du PCF avec la bourgeoisie, l’affrontement «spectaculaire» Est/Ouest, et surtout la reconstruction à crédit de l’Europe.

Debord a une attitude proche des anarchistes et des marxistes révolutionnaires.

En janvier 2009, l'État français a décidé de classer l'ensemble de ses archives au patrimoine national dans un arrêté s'opposant à leur acquisition par l'Université Yale. Cet arrêté précise que ces archives revêtent "une grande importance pour l'histoire des idées de la seconde moitié du XXe siècle et la connaissance du travail toujours controversé de l'un des derniers grands intellectuels de cette période". En mars 2010, Guy Debord à la Bibliothèque nationale de France, reste dans le patrimoine français. Elles sont conservées depuis au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Par ces archives, il se livre à nous, à la fois comme auteur, acteur et témoin clef d’une histoire dont, si souvent, il aura été le maître d’oeuvre. Elles donnent accès aux sources de l’oeuvre de Guy Debord autant qu’au matériel de l’aventure situationniste.

Le colloque et l'exposition se dérouleront sur deux jours. Quatre sujets seront traités:

Le travail de l'auteur : étude des sources et de l'élaboration de l'écriture debordienne, les pratiques de lecture de l'auteur, sa bibliothèque personnelle, sa formation intellectuelle mais aussi la genèse de l'écriture, et notamment le détournement, l'arsenal rhétorique et stylistique, la variété des genres littéraires pratiqués, et les multiples stratégies d'écriture de soi et du monde.

Le matériel de l'action : étudier l'action à partir de sa documentation pour réaliser les buts pratiques visés par Guy Debord: diffusion de la théorie et de la praxis situationniste, dépassement de l’art, réalisation de la philosophie, lutte contre le spectacle, positionnement dans les champs de l’art, du marxisme, de la radicalité politique, etc.

Guy Debord et les autres : dimension collective de l'aventure situationniste, à savoir les relations d'amitié, d'hostilité ou d'échanges qui ont jalonné son parcours, en soulignant le rôle d'individus ou de collectifs spécifiques.

Guy Debord et nous autres : postérités et héritage situationniste, à savoir les lignes de fuite, les modalités de transmission, de récupération ou de détournement de l'héritage debordien et situationniste, dans les domaines artistique, littéraire, politique, etc....

La particularité de ce colloque est d'inviter les chercheurs à s’appuyer toujours sur l'archive – à commencer par le fonds Guy Debord – afin de confronter et d’interroger toute hypothèse d’interprétation avec les traces tangibles du passé.

A la bibliothèque nationale de France

La bibliothèque nationale de France tire son origine de la bibliothèque du roi installée en 1368 au Louvre. C'est à partir de 1537, que cette institution est chargée de la collecte des dépôts légaux, à savoir l'obligation légale de déposer un ou plusieurs exemplaires des documents que les producteurs ou diffuseurs produisent ou diffusent. La bibliothèque nationale a le statut d'établissement public. Guy Debord à la bibliothèque nationale de France au printemps 2013 pour une exposition et un colloque.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018