Excite

Éthiopie : tensions et espoirs autour de ce qui sera le plus grand barrage d'Afrique

  • Getty Images

Le barrage de la Renaissance, le plus important d'Afrique avant l'historique barrage égyptien d'Assouan, sort de terre. Encore au stade de terrassement, ce barrage situé dans l'ouest de l’Éthiopie, sur le Nil Bleu, est destiné à "devenir l'une des meilleures destinations touristiques du monde" selon Simegnew Bekele, chef de projet de ce gigantesque ouvrage.

Toujours d'après cet ingénieur, "les voyageurs apprécient ce genre d'infrastructures spectaculaires et symboliques du développement."

Le barrage fournira pas moins de 6 gigawatts, soit la plus importante production hydroélectrique de l'Afrique. Il fait parti d'un ambitieux plan de croissance et de transformation adopté en 2010 par le gouvernement éthiopien qui a pour objectif de devenir un pays à revenu intermédiaire d'ici 2025.

Le barrage de la Renaissance sera un mur haut de 144 m muni de seize turbines. 5000 travailleurs dont 206 expatriés (la plupart d'origine italienne) sont mobilisés pour la construction d'un ouvrage dont le coût s'élève à 3,8 milliards d'euros.

C'est le groupe italien Salini installé depuis plus de 40 ans dans la région (chantier du barrage Gibbe 3) qui a obtenu le marché sans appel d'offres. Le groupe est particulièrement perçu dans le pays, non seulement pour des raisons économiques mais aussi pour son implication sociale en Éthiopie.

Le lit du Nil Bleu n'a été décalé que de quelques mètres et officiellement 3000 personnes ont été déplacées.

Objet de polémiques, le barrage a été vivement contesté par l'Égypte qui se trouve en aval et par son voisin soudanais. Tous deux craignent un affaiblissement du débit du Nil et déplorent l'absence d'une étude impartiale et légitime d'impact socio-environnemental.

L'Éthiopie reste sourde aux contestations poursuivant une œuvre dont la construction devrait prendre une dizaine d'années. Le barrage devrait marquer comme son nom l'évoque, une "renaissance non seulement de l'Éthiopie mais de l'Afrique" déclare un ouvrier en attente de recrutement.

L'Éthiopie des hauts plateaux est considérée comme le château d'eau de l'Afrique puisqu'elle accueille tous les 6 mois les moussons provenant de l'Océan indien "Dieu a eu la bonté de nous fournir en eau, et nous démontrons au monde entier que nous pouvons faire les choses par nous-mêmes." poursuit cet habitant qui nourrit plein d'espoir pour son pays.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018